Neuigkeiten
Verein
Verkauf
Vademecum
Gesetzgebung
Wissenswertes
Révision LStup
Cave iudicem
Communiqués
Presse
Kontakt
Recommander cette page


 



La révision de la LStup interdit ce qui est libre
et autorise ce qui est interdit


Jamais, si l'ASAC n'avait ressuscité le chanvre en Suisse, la révision de la loi n'aurait vu le jour. Personne n'en voyait le besoin. En effet, tout le monde savait fort bien que la Suisse, comme également l'étranger, avait interdit la plante de chanvre et tout ce qui lui est lié. C'est le mérite de l'ASAC que d'avoir démontré -en 1993 avec son premier champ de chanvre en Valais- que tout un chacun en Suisse peut faire avec le chanvre ce qui lui plaît. Il n'est qu'une seule chose qui soit interdite avec le chanvre, c'est de faire sans autorisation des concentrés (extrait, teinture, préparations résineuses tel que 'haschisch' ou huile') et de les vendre.
Un peu comme il est interdit avec des pommes de faire sans autorisation de la goutte. Pommes ou chanvre sont traités de la même façon dans la loi suisse.

La révision de la LStup ôte à la Suisse son chanvre indigène (sativa non-indica), au peuple un bout de sa tradition, aux paysans un bonne source de revenus, à l'industrie une excellente matière première et aux malades et souffrants un bon médicament.


En définitive: On prend tout à tous et on donne un peu à quelques-uns.
Pour comparaison: On prend à un pays ses arbres fruitiers et on donne en échange un peu de goutte. C'est là toute l'histoire de la révision dela LStup.

.
La rubrique ‚Révision LStup' fait défiler les raisons mises en avant, les arrières-pensées et ce qui se passe en coulisse.




ASAC, case postale, 9004 St-Gall, tél / fax: 071/672 62 40 Email: info@asac.ch