Neuigkeiten
Verein
Verkauf
Vademecum
Gesetzgebung
Wissenswertes
Révision LStup
Cave iudicem
Communiqués
Presse
Kontakt
Recommander cette page


 


Cave murem

Le dicton « Quand le navire coule, les rats le quittent » a, dans le cadre du chanvre (sativa non-indica), reçu une nouvelle acceptation: « Quand le navire vogue, les rats l'envahissent ». En effet, à peine la renaissance du chanvre initiée par l'ASAC avait-elle pris son essort et qu'elle était à flot -les agriculteurs cultivaient le bon chanvre par centaines, partout il était le bienvenu, les article de presse bienvaillants, les adversaires du chanvre impuissants- qu'apparurent les ratsde-chanvre. C'était en 1996.

Les rats-de-chanvre habitent la ville, ou ils ne tiennent pas le haut du pavé. On les trouve dans les caves et dans les dépôts. Ils apprécient l'obscurité et n'aiment donc pas le chanvre naturel grandi en plein champ, sous le soleil et avec le vent. Leur plaisir à eux, c'est la 'marijuana' nourrie exclusivement de lumière artificielle et d'engrais synthétique et qu'ils mélangent à de la nicotine. Les rats-du-chanvre maîtrisent mal le français, c'est pourquoi ils utilisent énormément de mots américains. Ce qu'ils produisent et vendent s'appelle en France 'marijuana', 'herbe', 'skunk', 'chichon'. Eux-mêmes disent 'chanvre' quand ils se montrent en public. Les médias leur ont emboîté le pas et les présentent comme étant des cultivateurs de chanvre. Leurs publications ont toute un titre comportant le mot 'chanvre'. Ils ont même un archiviste qui compile la liste des camarades arrêtés par la police ou condamnés par le juge. Les rats-de-chanvre ne sont pas courageux, car à peine le juge a-t-il parlé qu'ils disparaissent de la scène. Iln ne font pas de recours, sont satisfaits d'avoir eu le sursis. A Lausanne on ne voit pas de rats-de-chanvre.

Instrumentalisés par des élèments anti-chanvre de la police et de l'administration, les rats-de-chanvre augmentèrent en nombre, prirent la place des paysans, se coordonnèrent, se dépêchèrent de ratisser et occupèrent dorénavant, grâce à des journalistes ratophiles, presque toute la place dans les médias (comme ces revues porno qui prennent tant de place dans les kiosques). La police a permis aux rats-de-chanvre de se multiplier, car elle leur avait assigné un rôle: prendre la place du bon chanvre, le dénigrer en le confondant avec 'l'herbe' que produisent les rats-de-chanvre. C'est ainsi qu'on les laissa faire des années durant, de 1996 à 2000, le temps d'inonder la Suisse de leurs produits, pour ensuite dire 'stop!'et de les arrêter un après l'autre. Le premier rat-de-chanvre à être condamné, en 1988, fit les gros titres de la presse et le téléjournal lui fit une grande place. L'expression 'procès-pilote' était sur toutes les lèvres. Et pourtant, il ne s'agissait que d'un rat-de-chanvre insignifiant. Tous les rats-de-chanvre de la première heure ont été neutralisés, deux ans plus tard, après avoir rendu les services qu'on attendait d'eux. Les rats-de-chanvre étaient nécessaires pour détruire la bonne image qu'avait le bon chanvre et jamais, sans eux, la révision de la loi fédérale sur les stupéfiants (LStup) n'aurait vu le jour.

La rubrique ‚CAVE MUREM' montre des rats-de-chanvre. Les tous premiers, les plus gros sont d'anciens membres de l'ASAC, dont ils ont été chassés ou qu'ils ont quittée. Une précision: Alors que les rats quadrupèdes sont intelligents, les rats bipèdes ne le sont pas. La preuve? Ils sont profondèment convaincus que le chanvre génétique qu'ils vendent est illégal. C'est pourquoi ils réclament une libéralisation. En langue rats-de-chanvre: «Liberalize it!». Ils tonnent dans leurs éditoriaux contre les ratszias et insultent la police, mais c'est vainement qu'on y cherche une allusion à la loi, une directive légale. La loi suisse sur les stupéfiants est et reste pour les rats-de-chanvre un livre hermétiquement clos. Pourquoi cela? C'est tout simple: « Quand l'ignorance coule, les rats quittent le chanvre ».




ASAC, case postale, 9004 St-Gall, tél / fax: 071/672 62 40 Email: info@asac.ch