Neuigkeiten
Verein
Verkauf
Vademecum
Gesetzgebung
Wissenswertes
Révision LStup
Cave iudicem
Communiqués
Presse
Kontakt
Recommander cette page


 


Cave scribendem

Certains journalistes font tourner la roue en arrière. Leurs contributions se font sans le respect dû aux faits scientifiquement établis et reconnus. L’abêtissement est porté à un haut niveau, alors que les aspects tant botaniques, thérapeutiques que juridiques du chanvre se retrouvent à un niveau sensiblement plus bas, jusqu’à se fondre dans l’insignifiance. L'autocensure et la diffusion d'informations erronées exercent un effet négatif sur le processus de formation de l'opinion publique, avec pour conséquence que les lecteurs, auditeurs et téléspectateurs suisses d'aujourd'hui en savent moins sur les réalités du chanvre et de la loi qu'il y a neuf ans, lorsque l'ASAC initia la renaissance de la culture du chanvre en Suisse. A imaginer que la police d'un pays musulman, donc opposé à l'alcool, séquestre des pépins de raisin sous prétexte qu'ils pourraient servir à la production de Cognac, les médias d'ici n'auraient pas de mots assez durs pour telle bouffonnerie - en quoi ils n'auraient nullement tort. Mais quand des graines de chanvre sont en Suisse séquestrées par la police, sous prétexte qu'ils peuvent servir à la production de 'haschisch', alors les médias helvétiques ne disent rien, ne protestent pas et ne font rien, se contentant d'en prendre connaissance et de publier le fait, comme si le séquestre de graines de chanvre était la chose la plus naturelle au monde et qu'il en avait toujours été ainsi.

Pas d’attitude critique envers les déclarations d’autorités étatiques ou semi-étatiques, pas de sens des nuances, pas de connaissance acquise par soi-même, pas même l’envie de savoir, de connaître ce qui est vraiment, telles sont les traits saillants des journalistes hôtes de la rubrique ‘cave scribendem’. Une observation toujours vérifiée est que ceux qui le moins osent la vérité, en matière de chanvre, sont justement ceux qui réclament, souvent à grands cris, plus de justice, plus d'honnêteté, plus de transparence…mais toujours à condition que cela vise des évènements du passé, du futur ou alors très loin de l'endroit ou ils se trouvent - la palme à ce jeu étant remporté haut la main par l''Hebdo' et ‘Le Temps'. Si l'obscurantisme à propos du chanvre s'est largement étendu cette dernière demi-douzaine d'années, c'est pour une part grâce aux journalistes mentionnés dans ‘cave scribendem’: Tous réclament la ‘libéralisation’ du chanvre et aucun n’ose ou ne veut dire que le chanvre est déjà libre selon la loi en vigueur. En vérité, ils font penser au journaliste qui assiste à un viol, s'en lamente et crie à tue-tête que cela est une honte - mais ne touchera pas au bâton pour assommer le violeur. En effet, si le viol cessait, de quoi le journaliste ferait-il ses choux gras..?



ASAC, case postale, 9004 St-Gall, tél / fax: 071/672 62 40 Email: info@asac.ch