Neuigkeiten
Verein
Verkauf
Vademecum
Gesetzgebung
Wissenswertes
Révision LStup
Cave iudicem
Communiqués
Presse
Kontakt
Recommander cette page


 
<< retour

 


Communiqués
Communiqué 04.10.2011
04.10.2011
Autor: ASAC

Chanvre industriel Suisse

Le Grand-Conseil Fribourgeois et le projet de loi no 259

 

Un texte risque fort d’être approuvé à la séance matinale du mercredi 5 octobre, alors même qu’aucun des députés fribourgeois ne serait d’accord avec s’il savait de quoi il s’agit en réalité. Le texte instaure sur le chanvre légal (infumable) une surveillance policière et administrative fort coûteuse à l’État. Genève n’en veut pas («Il ne faut pas ajouter de nouvelles contraintes»), la Suisse-allemande n’en a pas.

 

Le ‘Concordat romand sur la culture et le commerce du chanvre’ soumis au vote parlementaire est l’œuvre de cinq policiers (VS, TI, BS, VD) assistés du conseiller juridique de la Direction de la Police et Justice fribourgeoise. Pourquoi pas un Concordat utile, comme pour lutter contre le cannabis qui lui est illégal? «La marijuana est déjà réglée dans la loi fédérale» (*), est la réponse.

 

Le concordat romand s’occuperait donc uniquement de ce qui est légal, le chanvre industriel (non-indica) présent dans le monde, sans donner lieu à réclamation, avec 200’000 hectares (UE:15'000, CH:2,19, FR:0). Avec le concordat, le canton de Fribourg soumettrait à autorisation ce chanvre-sans-problème. Seul lieu au monde avec une partie de la Romandie à faire cela, il y aura des périmètres d’interdiction près des écoles (sic), la police à tout moment pourra s’introduire dans les locaux du paysan qui en cultive, celui-ci ne devra avoir aucune dette d’argent, etc.

 

Ignoré à l’étranger, le danger serait pourtant bien présent et démontre la nécessité de contrôler le chanvre légal avec le Concordat, car: «Si on fait infuser les feuilles du chanvre pauvre en THC homologué par la Confédération, on peut en extraire des stupéfiant», écrit le conseiller fribourgeois. C’est comme dire qu’en infusant des feuilles de vigne on peut en extraire du cognac, c’est prendre les députés fribourgeois pour des gobe-tout.

 

À vérifier mercredi prochain, quand un des leurs saura demander au commissaire ou au rapporteur si c’est vrai ça, l’extraction de stupéfiants à partir de feuilles de chanvre pauvre en THC (1 %). Soit 15 fois moins que la moyenne reconnue par la conseillère nationale fribourgeoise Thérèse Meyer-Kaelin au nom de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique et santé qu’elle préside: «Les taux de THC sont en moyenne actuellement de 15 pour cent et ils montent souvent jusqu'à 30 pour cent» (**).

 

ASAC

 

(*) Page 14 commentaire au Concordat

(**) Bulletin officiel Conseil national - Session d'hiver 2007 - Cinquième séance



L'ASAC soutient la culture et la consommation du chanvre agro-industriel indigène (sativa, alias chanvre paysan).
L'ASAC ne soutient ni le chanvre indien (alias 'marijuana'), ni la préparation de résine (alias 'haschisch').






ASAC, case postale, 9004 St-Gall, tél / fax: 071/672 62 40 Email: info@asac.ch