Lettre aux membres du 11 mars 1998

Publié par : ASAC.

Chers amis et amies du chanvre,


 


Je m’adresse à vous en tant que nouveau président de l’ASAC.


 


J’ai accepté la présidence de notre association pour trois raisons :


 


La première raison est de parachever le changement initié par l’ASAC il y a cinq ans : A l’époque centre de ralliement de consommateurs “d’herbe” et de “hachisch”, l’ASAC est devenue le fer de lance de la renaissance du chanvre naturel (sativa) en Suisse.


 


Grâce à l’ASAC ‑ et à sa partenaire commerciale, CannaBio‑Vertrieb ‑ le chanvre naturel (à taux de THC normal) est à nouveau commercialisé: en 1994, sous forme de feuilles de chanvre, à 80.‑ frs/100 gr; en 1995, d’ « extrémités florifères ou fructifères de la plante cannabis femelle du type cannabis sativa » (= définition du chanvre dans la. LfStup) à 380.‑ frs/kg; puis, en 1996, de préparation de chanvre sèche à 5000.‑ frs / kg et de concentré liquide de chanvre (huile) à, 150.‑ frs/10 gr; finalement, en 1997, de pollen à 4.- frs/gr.


 


Et tout cela, bien sûr, sans que ni l’ASAC, ni CannaBio‑Vertrieb, ni bien sûr – et c’est là le plus important ‑ ni un seul des clients de CannaBio‑Vetrieb, ne soient inquiétés par les autorités. La raison ? Elle est bien simple: tout ce que nous faisons est à 100 % légal !


 


La Suisse, en effet, est le seul pays au monde à jouïr encore  -comme cela avait toujours existé avant partout dans le monde-  de l’entière liberté de culture et de commercialisation du vrai chanvre indigène. Le chanvre qui pousse en France ainsi que, depuis peu, également en deux ou trois autres pays d’Europe, ce n’est botaniquement parlant pas du vrai chanvre, car c’est un chanvre hybride (Fédora,Félina,Futura,Fibrimon), dont la seule utilité est la production de papier et de quelconques pots de jardiniers.


 


Pourquoi alors tout ce remue-ménage, pourquoi ces produits à base de chanvre qui nous viennent d’Allemagne, pays ou ne pousse pas de chanvre. La réponse est simple, elle est politique. Depuis peu existe une certaine demande pour du chanvre. Les dirigeants politiques ne pouvant s’y opposer, mais en même temps refusant le vrai chanvre  – ce redoutable concurrent pour bon nombre d’industries synthétiques et chimiques ‑,  ils ont donné aux paysans du chanvre hybride, inutilisable, affirmant que c’était là du bon, du vrai chanvre. La déception est programmée et les paysans déçus, se détourneront bien vite du chanvre, … le tour est joué, l’attrait du chanvre est terminé et le chanvre lui‑même oublié.


 


Cela fait donc pitié de voir tous ces congrès et autres foires ‑ en Allemagne comme en Suisse – autour de ce chanvre castré qui est au vrai chanvre naturel ce qu’une poupée gonflable est à une jolie, gentille petite fiancée en chair et en os


 


La deuxième raison, c’est d’assurer la sécurité juridique des amis du chanvre. Ceci est sacrément efficace pour nos membres: toutes les anciennes et récentes décisions de tribunaux en faveur du chanvre sont le fait de membres et d’ex‑membres de l’ASAC. La dernière en date est celle de Bâle-Campagne, importantissime : Il y est confirmé (voir annexes) que la production et la vente de plantes de chanvre (en l’occurrence du chanvre indien) est libre, à condition que le vendeur n’en fasse pas des médicaments, qu’il ne participe pas ‑ comme le dit la LfStup ‑ à une “production de stupéfiants” (= teinture, extrait, huile, résine) pour en faire le commerce. Ni plus ni moins ce que nous disions à l’ASAC depuis 1994 déjà.


 


N’oubliez pas: tout est libre en Suisse avec et autour du chanvre indigène, sauf, bien sûr, de fabriquer, pour la vente, des médicaments de chanvre (= teinture, extrait, huile, résine). Mais il ne vous est pas interdit de fabriquer, pour la pharmacie familiale, vos propres remèdes de chanvre. En effet – et ce qui suit est extrêmement important et intéressant pour les amis du chanvre  la LfStup, c’est ni plus ni moins une loi sur la production et le commerce de médicaments stupéfiants ‑ identique en ses effets à la Loi fédérale sur l’alimentation (LFA). La LFA ne vise que le commerce d’aliments, mais absolument pas ce qui mijote dans la cuisine familiale. En famille, aucun contrôle de l’Etat sur ce qu’on mange en famille ‑ de même, aucun contrôle de l’Etat n’existe non plus sur ce que, vous avalez, buvez, fumez ou inhalez en famille pour votre santé. En Suisse, donc, chaque citoyen peut, si cela lui chante, se faire ses propres remèdes : à cela aucune autorisation préalable à demander, aucune limite non plus dans les ingrédients composant les médicaments privés. Mais attention : vous n’avez ensuite pas le droit d’aliéner vos propres remèdes, de les vendre, de les échanger contre autre chose, ni même de les donner gratuitement. Un point, c’est tout !


 


Si donc vous avez besoin de chanvre pour calmer telle douleur, atténuer telle crispation, adoucir une crampe, calmer le stress, si vous voulez diminuer votre dépendance à la nicotine et à l’alcool, etc. …, alors pas de doute : la loi vous laisse entière liberté de faire usage du chanvre comme bon vous semble. En effet, n’oubliez jamais que la LfStup est une loi sur la fabrication et la vente de médicaments. C’est une loi qui ne touche que le commerce, mais aucunement ce qui se passe en privé, en famille, sous son propre toit de citoyen.


 


1ère conclusion : toute personne établie en Suisse peu librement cultiver du chanvre en vue de la production de préparations sèches (hachisch), de teinture, d’extrait et d’huile de chanvre, tant et aussi longtemps que ces médicaments sont consommés exclusivement par le producteur lui-même ou les membres de sa famille vivant  sous le même toit.


 


2ème conclusion : toute personne peut librement acheter auprès d’une tierce personne le chanvre,  nécessaire à la fabrication de ses remèdes privés à base de chanvre.


 


3ème conclusion : seule la consommation de concentrés de chanvre achetés auprès d’une autre personne est punissable. Le hachisch de la rue ou d’un magasin de chanvre est donc soumis à la LfStup et reste punissable, rien de nouveau à ce stade-là.


 


4ème conclusion : vous buvez ou fumez du chanvre pour en tirer des effets favorables à votre santé (stress, malaises, migraines, tensions nerveuses, insomnies, etc. …) ? Alors pas de problème : vous êtes – au nom de la LfStup ‑ libre de le faire. Santé ! Conservation !


 


La troisième raison, enfin, est de faire de chacun de vous un membre heureux, fier de l’être et le porte‑monnaie à l’aise. Comment cela ? Patience, ce sera le sujet de la toute prochaine lettre. Réjouissez‑vous d’avance, car il y aura de la joie.


 


A très bientôt!


 


Jean‑Pierre Egger