Communiqué du 21.05.1998

Publié par : ASAC.





Chanvre naturel fribourgeois / CannaBioland:


Cinglant démenti du Grand-conseil à la Chambre d’accusation : les coussins thérapeutiques au chanvre naturel ne sont pas des stupéfiants


Les 130 députés du Grand-Conseil avaient chacun reçu, le 12 mais 1998, l’oreiller thérapeutique empli de chanvre naturel (ou chanvre paysan).


Les oreillers reçus par les députés fribourgeois sont identiques à ceux séquestrés par M. Paul GROSSRIEDER à la maison SWIHTCO, à Châtel-St-Denis en avril 1996, puis à CannaBioland en septembre de la même année, et retenus depuis lors à la Brigade des stupéfiants.


L’envoi des oreillers servait à attirer l’attention du Grand-Conseil (responsable souverain de la justice cantonale) sur la décision –unique en Suisse– de la Chambre d’accusation fribourgeoise, selon laquelle les oreillers thérapeutiques sont des “stupéfiants”. La police cantonale était informée de l’envoi des 130 colis aux députés fribourgeois.


Selon la loi fribourgeoise, “toute autorité ou agent de la force publique qui découvre une infraction doit la dénoncer immédiatement au magistrat compétant”(art.15 Code de procédure pénale). Or, à ce jour, s.e.o.o., aucun colis n’a été remis à la police fribourgeoise et aucune dénonciation n’est parvenue au magistrat compétent.


La Chambre d’accusation fribourgeoise, ensemble avec le JI Carlo Boulletti, reste donc la seule autorité constituée en Suisse, à ignorer fait et droit pour ce qui est du chanvre naturel suisse. Le prochain démenti viendra de Lausanne.


Vingt oreillers ont été retournés l’expéditeur des oreillers, CannaBioland