Communiqué du 10.12.1998

Publié par : ASAC.







La consommation “live” de marijuana à la télévision romande fait l’objet d’une information pénale ouverte d’office en Valais


Une information pénale est ouverte contre l’émission “Mise au point” du 25 octobre 1998. La télévision a dû remettre à la police la cassette contenant l’enregistrement de l’émission incriminée. Un juge d’instruction tente d’identifier un des participants de l’émission.


Lors de l’émission “Millésime 98 : les vendanges du chanvre” de “Mise au point”, un membre de DROLEG, présenté comme agriculteur de chanvre, a remis de la marijuana au reporter qui l’a consommée en public. Ces actes constituent le délit de “provocation à la consommation de stupéfiants et de révélation des possibilités de s’en procurer ou d’en consommer” – délit puni de réclusion ou d’emprisonnement d’une année au moins si le cas est grave. Le cas est grave notamment quand le délit est consommé au moyen d’un média de grande diffusion.


Le personnage recherché par les autorités pénales est un squatter de Genève lui-même sous accusation de violation grave à la loi fédérale sur les stupéfiants. En effet, il était un des responsables du “Delta 9 café” de la Jonction à Genève, où de très importantes quantités de stupéfiants furent vendues, avant que les autorités ne ferment le local et mettent fin à cette activité répréhensible.


L’ASAC a protesté auprès du responsable de l’émission “Mise au point”: il est inconvenant, de présenter sous le nom du chanvre ce qui n’en est pas du tout et de faire figurer un personnage des plus douteux. En effet, cette façon de faire a été préjudiciable aux cultivateurs de chanvre indigène, de par l’amalgame qui est fait entre chanvre indigène et la marijuana.


L’ASAC attire l’attention sur le fait que les émissions de la télévision romande traitant du chanvre, ne montrent généralement que des personnages hauts en couleurs délictuelles (droit commun), qui s’occupent de marijuana par appât du gain – mais qui n’ont pas de lien avec la culture et la commercialisation du chanvre indigène suisse et ne sont pas membres des deux organisations coordonnant le chanvre suisse, l’ASAC et l’Association suisse des cultivateurs de chanvre (ASCC).


                                                                                                        


RECTIFICATIF :         L’ASAC signale une erreur regrettable survenue en son communiqué du 7 novembre 1998. Il y était dit qu’un cultivateur valaisan de chanvre avait été arrêté par la police le lendemain d’avoir paru à l’émission “Mise au point”. C’est l’émission régionale “Valais région” qu’il fallait lire.