Communiqué 09.12.2001

Publié par : ASAC.

REVISION LSTUP


Supplique adressée au Conseil des Etats: une plante n’est pas une substance


 


La tisane de nuit que vous avez en main est un produit parfaitement légal, muni du label ‘Bourgeon’ Bio-Suisse et vendu en droguerie, à quelques centaines de mètres du domicile de votre collègue M. Theo Maissen.


 


Avec la nouvelle loi, la plante qui produit cette tisane sera taxée de ‘substance’  [stupéfiant] et interdite. Le paysan qui cultive la plante, le droguiste qui la vend sous forme de tisane et l’organisation ‘Bio-Suisse’ seront considérés comme producteurs et vendeurs de stupéfiants.


 


Pour empêcher cette monstruosité légale, botanique et juridique, il suffit de biffer le terme ‘plante’ de l’art. 2, al.5 du projet de loi  (“Sont  considérés.comme des substances aussi bien (…) les plantes et les champignons (…) que les composés chimiques”).


 


En effet, une plante n’est pas une substance (Stoff), mais un être vivant (Lebewesen).


 


Merci donc de biffer le mot ‘plante’ !


 


ASAC