Communiqué 10.07.2002

Publié par : ASAC.


TSR ‘Mise au point’ du 16 juin 2002
Violation de la concession


Une plainte contre la TSR a été déposée auprès de l’ombudsman par chanvre-info (Morat). Il est reproché à la TSR d’avoir violé la concession, laquelle exige que les données et affirmations portées à l’antenne correspondent à la vérité. Or, tel n’est pas le cas pour l’émission objet de la présente. En effet il y est affirmé qu’il est complètement interdit par la loi de se mettre au volant quand on consomme du chanvre ou après en avoir consommé, parce que cela serait très dangereux. Il y est aussi dit qu’on serait dans un flou juridique concernant la consommation de chanvre et la circulation routière.


Les deux affirmations sont fausses. En effet, il n’y a pas de flou juridique et la situation légale est très claire. Nulle part dans par la loi sur la circulation routière (LCR) il est dit qu’il est interdit de se mettre au volant après avoir consommé du cannabis (comme il n’est pas non plus interdit de conduire en buvant ou après avoir bu de l’alcool). Le tribunal cantonal de Fribourg le dit très clairement:«La législation n’interdit pas de se mettre au volant d’un véhicule automobile après avoir fumé du haschisch, pour autant qu’on soit apte à conduire» (voir ci-dessous). ‘Mise au point’ ne dit donc pas ce qui est vrai, mais dit ce qui est faux. Ainsi faisant, l’émission a violé la concession qui exige de dire la vérité et de rapporter des faits objectivement vrai.


L’émission ‘Mise au point’ est de façon répétée l’objet de critiques concernant ses apports à la thématique du chanvre. Le réalisateur, Patrick Favre, ne maîtrise en rien la botanique ou  la législation concernant le chanvre, ce dont l’ASAC s’est rendu compte après une rencontre avec le réalisateur. ‘Mise au point’ est le vecteur d’une propagande anti-chanvre venant d’une poignée de personnes en Suisse romande, faite d’affirmations grotesquement fausses et qui sont reprises telles qu’elles par Patrick Favre. ‘Mise au point’ a également servi de tremplin pour le chef de bande Rappaz, présenté comme pionnier du chanvre, alors qu’il n’est qu’un vétéran de haschisch, instrumentalisé par la police pour servir d’épouvantail aux agriculteurs désireux de cultiver le chanvre traditionnel. Comme il y a septante ans avec l’Etoile Jaune, ainsi aujourd’hui avec la Feuille Verte est-il des journalistes qui se mettent à disposition pour allumer puis maintenir une hostilité envers une fraction de la population. 


ASAC


Martin Stauffiger est membre de l’ASAC