Communiqué du 28.11.2002

Publié par : ASAC.

A Bon Entendeur –  Alarmisme à coup de faux chiffres

Il était question, lors de la dernière émission ‚A Bon Entendeur’ (ABE), de concentrations en tétrahydrocannabinol (THC) extrêmement élevées, jusqu’à 28 %,  soit quatre à six fois plus qu’il y a quelques années. L’émission mentionne “un saut qualitatif en THC depuis 1997“, évoque “le danger, la toxicité  et le risque de dépendance” qui découleraient de la consommation de chanvre à haute teneur en THC et  met en garde contre les atteintes à la santé.


Il n’y a cependant pas de cause à inquiétude, disent les spécialistes du chanvre, car l’émission en question ressort du domaine de l’alarmisme: Il n’y a au monde aucun chanvre (indien) qui ait un taux de THC de 15, 20 ou même 28 %. L’affirmation selon laquelle le THC, une parmis des dizaines d’autres substances, prendrait jusqu’à un quart de la masse du chanvre, est considérée comme de la charlatanerie par les phytopharmacologues. Les taux cités par ABE n’ont  pas été trouvés dans le chanvre analysé, sinon qu’ils résultent d’une manipulation de laboratoire.

Le saut qualitatif en teneur de THC n’a pas eu lieu dans le chanvre, mais à l’Institut de médecine légale de Berne (IML), ou des méthodes d’analyses pro domo et l’usage de liquides hautement toxiques permettent de trouver toujours plus de THC. En 1994, lors des toutes premières analyses, l’IML ne trouvait en moyenne que 0,07 % THC. En 1996 on arrivait,  pour le même type de chanvre, à 2 ou 3%, soit une augmentation de quelques 4000% . Plus tard ce sont des taux de 10 %, 15 % ou 18% qui sont enregistrés. La super-concentration de 28 % THC fait de son créateur, Werner Bernhard de l’IML-Berne, la figure de proue mondiale: Aux Etats-Unis, connus pour leur forte ‘marijuana’, le taux de THC le plus haut jamais enregistré n’atteint pas 4%.


Cela fait quelques années déjà que les autorités hiérarchiques ont été informées des méthodes d’analyse de l’IML de Berne, mais il n’y eut pas de suites. Une plainte pour faux rapport, déposée à Berne par un participant à l’émission ABE contre Bernhard, fut classée. Les nombreuses analyses de l’IML-Berne ont débouché et débouchent toujours sur des condamnation pénales (voir communiqués ASAC du 18.05.2000 en allemand et du 22.05.2000).



Pour plus d’informations (analyses IML 1994, plainte pénale & div.) prière de se reporter au communiqué VSHF du même jour en langue allemande.


ASAC





 



De : ASAC / VSHF [mailto:info@asac.ch]
Envoyé : mercredi, 27. novembre 2002 13:08
À : A Bon Entendeur   abe@tsr.ch
Objet : Association Suisse des Amis/es du Chanvre (ASAC)


Concerne: ABE du 26 novembre 2002


Mesdames, Messieurs


Faisant suite à l’émission mentionnée en marge, il est dans notre intention de publier ce soir le communiqué annexé à la présente. S’il devait contenir des informations que vous jugez incorrectes vous êtes invités à faire part de vos observations par retour de courrier.



Vous en remerciant d’avance


ASAC


 





 


 


27 novembre 2002


Mesdames, Messieurs,


L’émission A BON ENTENDEUR, dans le cadre de son mandat d’information, réalise des enquêtes et des tests comparatifs appliqués à tous les produits et services, et ceci depuis plus de 25 ans. Pour cela, elle fait appel à une équipe de journalistes, d’ingénieurs, de techniciens et de spécialistes, tous professionnels.


 


ABE assume son mandat d’information dans le cadre légal qu’elle connaît parfaitement et ne prétend pas au sensationnalisme.


 


Enfin, nous n’avons nullement l’intention d’entrer dans votre polémique d’ordre interne. Nous assumons l’information diffusée qui s’inscrit comme une mise en garde du public sur la consommation d’un produit à risque et acquis souvent sur un marché gris.


 


Nous vous souhaitons bonne réception de la présente.


 


A BON ENTENDEUR


Daniel Stons – producteur


 







 


 


28 novembre 2002


 


 


Monsieur


 


Merci de votre message auquel il est répondu comme suit:


 


Le sensationnalisme réside dans le fait que l’émission objet de notre correspondance se cantonne, comme vous le soulignez à propos, en une marchandise à risque, obtenue au marché gris. Le sensationnalisme, c’est ne pas dire qu’il existe un chanvre propre, sans risque et obtenable au marché normal et légal… celui de Genève par exemple (voir  presse du 01.06.1995) ou celui de Lausanne (idem, presse du 01.06.1995) ou partout ailleurs en Suisse-allemande (voir Wissenswertes du 30.04.2001). Ce qui n’a rien de sensationnel, c’est de n’avoir pour horizon et réflexion, quand il s’agit de chanvre, que haschisch, marijuana, la scène adéquate et souvent pas ragoûtante, danger, police, enfants, etc.etc, … alors que le chanvre c’est tout autre choses et bien plus encore.


 


A bon entendeur salut! 


 


ASAC