Communiqué 17.12.2002

Publié par : ASAC.

 «A Bon Entendeur» : Alarmisme à coup de faux chiffres (2)


Il était question, lors de l’émission ‚A Bon Entendeur’ (ABE) du 26 novembre 2002, de taux de tétrahydrocannabinol (THC) extrêmement élevés dans du chanvre (indien), jusqu’à 28 %. Ces taux étant de quatre à six fois plus élevés qu’il y a quelques années en arrière, l’émission parlait d’un «saut qualitatif en teneur de THC observé depuis 1997» et évoquait «le danger, la toxicité  et le risque de dépendance» de la consommation de chanvre dit à haute teneur en THC (communiqué ASAC du 28.11.2002).



Il n’y a cependant pas de raison pour s’inquiéter, disent les spécialistes du chanvre, car l’émission en question ressort du domaine de l’alarmisme: Il n’y a au monde aucun chanvre (indien) qui ait un taux de THC de 15, 20 ou même 28 % (comme il n’existe pas de raisin titrant 28 % de C2H5OH). Les phytopharmacologues disent qu’il est impossible que le THC, une substance parmis des dizaines d’autres, prenne à lui seul jusqu’à un quart du poids du chanvre (indien). Or, il se trouve que les taux cités par ‘ABE’ n’ont  pas été trouvés dans le chanvre analysé, sinon qu’ils sont le résultat d’une manipulation de laboratoire L’ASAC est à même aujourd’hui de démonter par quel processus de laboratoire on arrive aux pourcentages époustouflants cités à ‘ABE’. Il s’agit du processus dit de l’isomérisation, connu et pratiqué aux USA depuis 1977 déjà. Grâce à l’isomérisation les taux de THC se trouvent être démultipliés par deux, trois ou même quatre. 


Pour la suite du communiqué et la description de l’isomérisation voir www.asac.ch/nouveautés



ASAC