Communiqué 23.12.2002

Publié par : ASAC.

 


Verein Schweizer Hanf-Freunde/innen


Association Suisse des Amis du Chanvre


Associazione Svizzera degli Amici della Canapa


Associaziun Svizzra dils Amitgs dil Coniv


 


Postfach, CP, 9004 St. Gallen


Tel/Fax: (071) 672.62.40


Internet: www.asac.ch



 


 


Vesin (FR): Tout le chanvre indien séquestré par la police a été volé


C’est désormais un rituel classique: les stocks de chanvre indien mis sous scellés disparaissent dans la nature…


 


La marche à suivre est simple et a déjà été appliquée en Suisse allemande: Pour ne pas perdre l’argent que représente la marchandise séquestrée, le contact s’établit entre le propriétaire du chanvre indien saisi et les futurs voleurs. Le propriétaire donne les renseignements nécessaires, comme le type de marchandise, l’endroit, le jour et l’heure, puis il s’éloigne de son domicile au moment ou les voleurs complices viennent faire main basse sur le chanvre indien gardé dans la grange. L’opération se fait toujours la nuit et se termine en une ou deux petites heures, surtout que le propriétaire a préalablement conditionné le chanvre indien pour que tout se passe rapidement.


 


C’est probablement ce qui s’est passé la nuit passée à Vesin, ou la police cantonale fut appelé de toute urgence par un agriculteur habitant le village. Selon ce dernier, M. Ansermet, des inconnus auraient pénétré dans sa grange et l’ont vidée de son contenu, de grandes quantités de chanvre indien génétique- ment manipulé et que le juge d’instruction Thormann avait mises sous séquestre. L’agriculteur en question n’est pas un inconnu dans le milieu du haschisch, tout comme un autre habitant de Vesin, M. Martin, cultivateur depuis quatre ans, au sus et au vu des autorités communales, de chanvre indien en majeure partie exporté à l’étranger. Les deux agriculteurs travaillent pour un groupement lausannois qui fait partie de la ‘ Coordination suisse du Chanvre’, l’organisation fondée par le Valaisan Bernard Rappaz, ce Valaisan condamné il y a quelques années à quarante mois de réclusion pour attaque de banque à main armée et bien connu pour sa production de haschisch et de ‘marijuana’ tolérée quatre ans durant par la police valaisanne (voir communiqué ASAC du 01.03.2000). Des membres de cette organisation tirent les ficelles de ce chanvre indien qu’on trouve à Murist, Granges-de-Vesin, Aumont et ailleurs dans la Broye fribourgeoise et vaudoise. Leur chef local, Jean Gaudard, un marginal issu de la zone lausannoise et depuis peu établi à Aumont, continue aujourd’hui à vaquer à son commerce comme si de rien n’était (voir communiqué ASAC du 01.03.2002).


 


Le cas de l’agriculteur Martin est à cet égard exemplaire, puisque son activité avec et autour du chanvre indien, tout particulièrement sa nombreuse main d’œuvre polonaise, étaient en permanente infraction avec la législation fribourgeoise sur l’aménagement du territoire, sur l’habitation et sur l’hygiène. Ce nonobstant, la commune de Vesin n’a jamais fait appliquer la loi. Cette passivité du syndic de Vesin est interprétée par les spécialistes comme une invite aux délinquants de s’adonner à une activité par ailleurs impossible en d’autres communes. En effet et selon une source de renseignement digne de foi, le syndic de Vesin ne s’est jamais donné la peine d’avertir l’autorité cantonale à Fribourg, plus précisément la police cantonale. Cette omission est lourde de signification, car l’on sait que les événement avec et autour du chanvre indien en région broyarde ont pour but de jeter le discrédit sur la culture honnête de chanvre paysan (sativa non-indica, 25 % THC) en le confondant avec le chanvre indien (10-25 % THC) et que Vesin est une pièce majeure dans cette opération téléguidée depuis Berne (voir à ce propos le communiqué ASAC du 01.03.2000).



 


ASAC