Communiqué 02.02.2003

Publié par : ASAC.

Fédération suisse des avocats: Un habitant de la Broye se taille un beau succès


Bouffée d’air pour le chanvre paysan 


 


C’est dans sa nouvelle robe – une mise en page résolument moderne, discrètement teintée d’un bleu classique – que se présente le premier numéro de l’année de la ‘Revue de l’Avocat’, l’organe professionnel de la fédération suisse des avocats (FSA). En page couverture figure le défenseur du chanvre agricole indigène, Jean-Pierre Egger, récemment installé à Franex, en Broye fribourgeoise.


 


Autorité reconnue dans le domaine du droit du chanvre et spécialiste hors pair du THC (tétrahydrocannabinol), Jean-Pierre Egger a reçu le rare privilège de disposer de la ‘Revue de l’Avocat’ pour y exposer la situation juridique du chanvre en Suisse et faire la critique d’un jugement du Tribunal fédéral qui fait date. Le 13 mars 2000, par un artifice que le droit réprouve, des juges fédéraux (présidence M. Schubarth, PS) ont écarté le droit suisse en vigueur, pour lui préférer une loi étrangère qui place désormais le chanvre agricole (sativa non-indica) dans une mauvaise posture juridique. La revue des avocats parle «d’innocents qui sont déclarés coupables». Il est question de prise d’influence indue sur le Tribunal fédéral par une administration fédérale depuis des années engagée très activement dans une campagne de dénigrement contre le chanvre paysan, parce que ce dernier est par la force des choses devenu ‘euro-incompatible’. En Europe le chanvre paysan est depuis une trentaine d’année strictement interdit, seul y existe un chanvre hybride (non-sativa sui generis) dépourvu de valeur économique (communiqué 17.10.2002 en allemand).


 


C’est après avoir soumis à la rédaction de la ‘Revue de l’Avocat’ un essai juridique, appuyé par une très importante documentation, que le feu vert a été donné. L’organe professionnel se livre en effet à un sévère examen de toute publication, qui doit répondre aux critères de qualité placés haut, considération faite des professionnels du droit qui la lisent. La consécration professionnelle qui échoit à l’avocat broyard est bien reçue par le milieu du chanvre agricole qui souffre beaucoup de la désinformation régnant de façon presque systématique en Romandie à propos du chanvre paysan. Situation bien différente en Suisse allemande ou de grandes annonces se répètent ces jours dans la presse agricole suisse allemande, exhortant à cultiver du chanvre en 2003. Ce sont actuellement quelques 1700 demandes qui ont en 15 jours répondu à l’invitation de l’Association Suisse des Amis/es du Chanvre (ASAC), présidée par l’avocat broyard.


 



 ASAC