Police GE, VD & FR prises en flagrant délit

Publié par : ASAC.
 

Genève: Découverte d’une véritable PME du chanvre à domicile
Fribourg: 45 jeunes dénoncés
Vaud: Razzia sur le chanvre

Policiers fribourgeois, vaudois et genevois prises en flagrant délit


C’est dans la meilleure tradition sud-américaine, où des éléments incontrôlés de la police font régulièrement pression sur les politiques, qu’à Genève, Vaud et Fribourg on annonce ces jours des interventions et des razzias. Les affaires annoncées sont des montages de police destinés à influencer l’opinion publique et surtout les parlementaires réunis pour étudier la question du chanvre (indien).


Ces activités extra-policières, tout comme d’autres précédentes et futures se servant de la presse crédule, sont le fruit d’une coordination venant de Berne, inspirée par le procureur général de la Confédération (voir Communiqué du 1.3.2000). Il s’est agi de laisser se développer des activités officiellement qualifiées d’illégales, puis de décider du moment exact de l’intervention pour la faire coïncider avec la réunion d’une commission parlementaire ou une session du parlement.


C’est ainsi que tout dernièrement on arrête dans le canton de Vaud («Le Matin» du 18 crt) un Alexandre Peverada, garçon de mauvaise vie, d’origine étrangère et proche de la bande à Rappaz. Il a quatre ans durant produit et livré à grande échelle dans toute la Suisse des plantons de chanvre indien génétiquement modifié, ceci avec l’accord du chef de la brigade des stupéfiants Hochstaettler, du juge d’instruction du Nord vaudois A.Ottinger, aujourd’hui en place à Berne, et du juge d’instruction cantonal Antenen.


La PME genevoise avec son million et sept cents mille francs de chiffre d’affaire annuel en chanvre indien et ses douze coursiers en moto était connue et protégée par Zoltan Gambas, fils d’immigré, ancien postier monté en grade de chef de la brigade des stupéfiants, et qui travaille avec des méthodes de manipulation qu’on ne se connaissait pas en Suisse.


A Fribourg, la dénonciation de 45 jeunes qui fument du cannabis est une opération artificiellement montée et coordonnée par deux ou trois éléments incontrôlés de la police fribourgeoise pour coïncider avec la session d’automne du Conseil national.


Comme il y septante ans, on trouve aujourd’hui des gens qui arrivent à prouver scientifiquement qu’une minorité utilisatrice de chanvre indien est mauvaise, dangereuse et qu’elle doit par conséquent être mise au ban de la société. Il faut à cet égard déplorer l’énorme proportion d’employés d’Etat et de scientifiques d’origine étrangère qui, surtout à Genève, pour des raisons personnelles de promotion professionnelles et sociales, se prêtent depuis deux ans à des falsifications et graves exagérations touchant au chanvre. Ce sont par exemple une Aurora Venturini ou un Marco Merlo, employés de l’Etat de Genève, le dernier nommé allant jusqu’à parler d’une ‘dépendance psychique physiologique’ (sic) due au chanvre indien («Tribune de Genève» du 23.9.2003).


ASAC






GENÈVE – La police genevoise a mis fin aux activités d’une véritable PME de livraison de chanvre à domicile. Les clients, passaient commande sur Internet et étaient livrés par scooter. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 1,7 million en 2002.


La valeur marchande de la drogue confisquée, en vrac et en sachets, est évaluée à 200 000 francs. La police genevoise, qui a déjà opéré des saisies plus importantes dans le passé, a tenu à présenter mercredi aux médias le butin de la descente menée jeudi soir dernier pour illustrer le type d’activité du «coffee shop» en question.


Installé dans le quartier des Acacias à Genève, le magasin était une véritable «PME» qui conditionnait et livrait en grande quantité de la marijuana et du haschisch, a relevé le porte-parole de la police Eric Grandjean. Le magasin avait un millier de clients, tous titulaires d’une carte de membre, qui passaient commande par Internet.


La cave à chanvre comptait une douzaine d’employés au bénéfice d’un contrat de travail, qui disposaient de scooters de fonction pour les livraisons effectuées en deux tournées, à midi et le soir, à Genève uniquement.






























24 septembre 2003



 



15:36



Tessin: plus aucun magasin ne vend de chanvre «récréatif»




 



LUGANO – Le Tessin n’est plus la Mecque des fumeurs de joints. En six mois, 75 magasins de chanvre ont été fermés et plus aucune échoppe du canton ne vend de cannabis à usage stupéfiant, assure la police. Celle-ci craint toutefois un essor du marché noir.


Le procureur Antonio Perugini, avait donné le 13 mars dernier le coup d’envoi de la guerre contre les chanvriers. Depuis lors, toutes les échoppes spécialisées – il y en avait 75 à fin 2002 – ont reçu la visite de la police.


Cinquante plantations ont été confisquées et 103 personnes dénoncées pour violation de la loi sur les stupéfiants, a-t-il révélé dans un entretien au «Corriere del Ticino».


Au total, 194 000 plantes de cannabis, 4200 kilos de marijuana, 10 kilos de haschisch et environ quatre millions de francs en liquide ont été saisis, selon le bilan publié sur le site Internet de la police cantonale.


Le premier «canapaio» s’est ouvert en 1996 au Tessin. Deux ans plus tard, ils étaient 30, et à fin 2002 75. La clientèle était en grande partie italienne, attirée par les taux élevés de la substance active THC: 15 % en moyenne au lieu du 0,3 % autorisé.




© ATS Agence télégraphique suisse