Communiqué 01.04.2006

Publié par : ASAC.

Moins de morts dues à la cigarette avec les drogues indigènes 


 


Le commerçant Franz Siegenthaler (nom changé) a réussi à réduire sa consommation quotidienne de quatre paquets à une quinzaine de cigarettes. „En moins d’une semaine, sans devenir nerveux, sans effets secondaires, sans compenser avec de la boulimie … et la peau de mon visage a retrouvé un aspect sain“, commente le quadragénaire, encore tout étonné de sa réussite qui ne lui a coûté pratiquement aucun effort. Le nicotinomane, en effet, s’est libéré de sa forte toxicomanie grâce avec un mélange de différentes drogues indigènes – telles la mélisse, la verveine, le chanvre indigène (sativa non-indica) et les feuilles de mûres – qu’il inhale sous forme de cigarettes.


 


Fin de la dépendance


Le mélange miracle, au nom de ‚Succédané de cigarettes’, est distribué par l’entreprise fribourgeoise SanaSativa sàrl. Le taux de succès est d’un tiers, un autre tiers des nicotinomanes réduit sensiblement sa consommation et le tiers restant ne peut décrocher de la nicotine.


Le mode d’action du succédané de cigarette est de rétablir l’équilibre, mis à mal par le stress, du nicotinomane. Celui-ci met fin à sa toxicomanie en l’espace de quelques jours seulement, le sevrage se fait sans douleurs et définitivement, sans boulimie ou d’autres attitudes compensa- trices.


 


Perspectives de mort diminuées


Chaque jour meurent en Suisse quelques trente personnes des suites de l’empoisonnement dû à la nicotine, un puissant alcaloïde contenu dans une préparation sèche (cigarette) et qu’elles se sont des années durant injecté, par aspiration de bouche, dans les poumons, d’où le poison s’est répandu dans le circuit sanguin, causant des dégâts parfois irréversibles. Chaque jour quelques centaines de nicotinomanes subissent une diminution de leurs capacités physiques et, souvent  imperceptiblement, mentales.


 


ASAC


 


Ceci est un résumé du communiqué en langue allemande: voir la version allemande