Communiqué 01.04.2007

Publié par : ASAC.

Lausanne, EPFL: Le chanvre paysan suisse, arme efficace contre le CO2


Opération ‚Swiss BauernHemp for Clean Air’


 


La couche atmosphérique située au-dessus d’un champ de chanvre agricole contient jusqu’à 42 % de CO2 en moins qu’ailleurs. C’est la conclusion à laquelle arrive une expérience menée conjointement par des climatologues et des experts en écologie technologique,


 


Conduite par l’Ecole polytechnique fédérale (EPFL) dans le cadre du programme doctoral ‚Environnement’ – qui s’appuie pour une grande part sur les activités de recherche de la Faculté d’Environnement Naturel, Architectural et Construit (ENAC) et sur celles de la Faculté des Sciences de Base (SB) – et en collaboration avec d’autres Hautes Ecoles techniques, cette découverte permet d’envisager une solution suisse au problème mondial du CO2.


 


Selon les scientifiques, la diminution du CO2 s’explique par la grande quantité de THC qu’exhale une vaste superficie de chanvre paysan, quelques 500 mg par heure au mètre carré lors d’un bon ensoleillement. Brassé par les vents le THC se répand jusqu’à mille mètres d’altitude où, par un processus chimique encore inconnu en ses détails, il fixe à lui le CO2. Saturé de CO2, le THC en quelque sorte s’alourdit et se transforme en une molécule neutre qui alors retombe sur terre.


 


D’une durée de trois ans et financée par des ONG climatiques, l’expérience ‚Swiss BauernHemp for Clean Air’, a la vocation d’une réussite commerciale sans précédant si elle réussit dans sa phase industrielle. En effet, souligne l’équipe de chercheurs, la Suisse est le seul pays qui reste au monde à cultiver du chanvre agricole. L’agriculture suisse pourrait profiter de son monopole mondial pour produire du THC concentré, une sorte de liquide sous pression exporté en bonbonnes. Les pays acheteurs n’auraient alors plus qu’à répandre le THC suisse avec des avions pulvérisateurs pour voir baisser de façon substantielle leur taux de CO2.


 


ASAC