Communiqué 22.06.2008

Publié par : ASAC.

UDC: Le successeur du Conseiller fédéral (†) Minger pas bon suisse et hostile a la paysannerie


 


„Je suis personnellement contre la culture du chanvre paysan et je présume que le parti décidera pareillement.”


  


Il y a neuf ans jour pour jour que M. Ueli Maurer, président de l’UDC Suisse, a écrit cette phrase malheureuse, causant indirectement à la paysannerie suisse une perte de plusieurs centaines de millions de francs chaque année. Cette somme, selon des estimations prudentes, représente la contre-valeur de récoltes plus abondantes et de frais d’exploitation réduits grâce à l’apport du chanvre paysan suisse.


 


Pendant toutes ces années, muni du code fédéral 533 et inscrit sur la liste officielle des aliments animaliers, le chanvre agro-industriel indigène (sativa non-indica) recevait de la Confédération Fr. 1600.–/h en payements directs.


 


Le fondateur du parti paysan (PAI), feu le conseiller fédéral Rudolf Minger, qui avait jadis lui-même cultivé du chanvre indigène, serait aujourd’hui très étonné de l’ignorance son successeur pour tout ce qui touche au chanvre paysan suisse.


 


“La prise de position de notre parti [quant au chanvre paysan] n’est pas encore établie”, poursuit M. Maurer. Et, jusqu’à ce jour, en 2008, l’UDC ne n’est toujours pas prononcée sur le chanvre paysan, car son président ne l’a jamais inscrit à l’ordre du jour.


 


ASAC


 


Pour plus d’informations: Communiqué du 3 décembre 2007 et du 11 décembre 2007