Communiqué 17.10.2008

Publié par : ASAC.

Initiative chanvre: Les agriculteurs recommandent le rejet


(30 novembre 2008) ‘Tromperie sur l’étiquette’ mise en avant


 


La communauté d’intérêt IG Schweizer Hanf informe le grand public des intérêts des agriculteurs, fabricants et commerçants qui connaissent, cultivent, travaillent et valorisent le chanvre indigène (sativa non-indica). La IG Schweizer Hanf voit au premier plan de l’initiative chanvre, soumise au vote le 30 novembre 2008, une ‘tromperie sur l’étiquette’, ainsi qu’un danger sérieux pour la culture, aujourd’hui libre, du chanvre agricole et industriel (sativa non-indica), également appelé chanvre agricole (désigné jusqu’en 2007 par le code 533 et soutenu par la Confédération à raison de CHF 1600.–/ha.).


 


Tromperie sur l’étiquette


“La soi-disante initiative chanvre ou libéralisation du chanvre n’a rien à voir avec le chanvre, le chanvre est libre, il n’a donc pas besoin d’être libéralisé. Les auteurs de l’initiative ne sont pas intéressés par le chanvre, mais par le cannabis, alias chanvre-à-fumer (indica) et le haschich. C’est pourquoi, si on voulait être honnête, l’initiative devrait s’appeler “initiative cannabis” ou “initiative haschich”, opine un représentant de la IG Schweizer Hanf l’ingénieur-agronome Karl Heeb de Hochdorf (LU), selon qui l’initiative chanvre doit être rejetée, car elle est nuisible au chanvre suisse.


 


… et danger


Si l’initiative est adoptée, alors chaque plant de chanvre sera considéré comme étant de la marijuana et sera traité comme telle, alors la Confédération ne fera plus la différence entre le chanvre agricole (sativa non-indica) et le chanvre indien (cannabis). Le statut légal libéral du chanvre agricole et industriel indigène, fondé sur l’autoresponsabilité et qui fonctionne bien aujourd’hui, disparaît, on ne pourra plus alors cultiver librement ce chanvre et si toutefois, alors seulement avec autorisation et charges dispendieuses. La perte serait importante.


 


Mise en oeuvre du chanvre sur l’exploitation agricole


Le chanvre agricole et industriel pauvre en THC mis en œuvre en Suisse est identique à la plante Sativa non-indica autrefois cultivé intensément sur les terres agricoles d’Europe centrale, connue et appréciée comme amendement, comme matière première d’excellente qualité, neutre d’impact pour l’environnement, et comme aliment et fourrage propice à la santé. Le chanvre (sativa non-indica) permet une augmentation du rendement et du gain de 5 à 10 % en agriculture grâce à un moindre usage de produits phytosanitaires et une meilleure croissance. Dans le domaine de l’élevage, on constate un accroissement de la quantité de viande et de lait grâce à une plus vitalité accrue, une bonne santé et beaucoup moins de médicaments. Environ 5000 lots de semences de sativa non-indica ont été écoulés au cours des six dernières années.


 


ASAC