Communiqué 15.11.2008

Publié par : ASAC.

Révision LStup: des parlementaires fédéraux votent contre leur conviction
A cause d’une tromperie de l’OFSP – PS responsable


Croyant bien agir, certains conseillers nationaux et aux États ont donné leur accord à la révision de la loi fédérale sur les stupéfiants, convaincus qu’ils étaient que seul une révision rendait possible la médication au chanvre:


L’utilisation de cannabis à des fins médicales est aujourd’hui prohibée. La modification de la loi permettra d’autoriser les médicaments à base de chanvre.“  (dans ‚Explications du Conseil fédéral’).


 



Induits en erreur


Des années durant l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a fait croire au corps médical et aux politiciens de la santé que la loi en vigueur interdirait de façon absolue la médication au chanvre (indigène, sativa non-indica), en soulignant qu’il manquait la preuve de son efficacité:


„Les médicaments à base de chanvre ne sont pas admis par l‘autorité d’enregistrement, l’Office intercantonal de contrôle des médicaments (OICM). Ainsi, il manque à ce jour la preuve scientifique de leur efficacité.“  (Information de l’OFS, dans Schweizer Apothekerzeitung, Nr. 23, 17.11.1994).


 


C’est le contraire qui est vrai: La médication au chanvre a de façon prouvée une large palette d’applications thérapeutiques, elle est légale depuis toujours et les médicaments au chanvre étaient jusqu’en 1972 inscrits sur la Liste E (‘’action bienfaisante générale sur la santé, chacun peut délivrer le produit en question’’) de l’OICM, puis placés sur la liste A (= ‘nec repetitur’, vente sur ordonnance), et en 1998 – sous l’égide de la ministre socialiste de la santé Dreifuss – ils en ont été sortis. Quand donc la revue n° 23 des pharmaciens est sortie, la médication au chanvre étaient formellement et matériellement légale et pouvait être utilisée par le corps médical – et pourtant, personne n’a vu, ou dit, que l’OFSP mentait.


 


Irresponsabilité sociale du PS


Des années durant la conseillère fédérale chargé de la santé publique, la socialiste Dreifuss, a, bien que dûment informée et consciente de la situation légale, tenu sous silence un fait juridique de grande portée nationale, savoir que le chanvre (indigène) est une médication légale et surtout très efficace pour un grand nombre d’indications. Ce que cette omission a coûté en souffrance et diminution de la qualité de vie, ils le savent, tous ces malades et ces souffrants qui ont avec le chanvre la seule médication qui agit. Beaucoup de malade et de patients ne savent pas combien de milliards de francs ont été dépensés inutilement pour des médicaments souvent inefficaces au vu de leurs besoins spécifiques.


 



ASAC


 


 


Plus sur ce sujet:


Vademecum pour le médecin et les médicaments a base de chanvre


Communiqué du 31.07.2002


Lettre à madame Ruth Dreifuss du 26.10.1998