Communiqué 01.05.2009

Publié par : ASAC.


Fribourg: le directeur de l’agriculture prive son canton d’une belle occasion


12ème anniversaire d’une pantalonnade


 


Il y a douze ans, le canton de Fribourg avait été choisi pour produire le chanvre industriel nécessaire à la fabrication de bière.


 


En 1997 la Brasserie Boxer, Romanel-sur-Lausanne, aux mains d’un groupe indien, venait d’être reprise par des investisseurs suisses. Ceux-ci, en recherche d’un produit original, voulait produire une bière au chanvre, lancée en 1998 sous le nom de Boxer HACIENDA, appréciée des dames et des jeunes parce qu’elle est moins amère.


 


Le canton de Fribourg avait été choisi pour produire la matière première nécessaire à la fabrication de la nouvelle bière vaudoise. Conseiller d’État fraîchement élu et directeur de l’agriculture, l’agriculteur Pascal Corminboeuf, avait reçu le premier mai dans son bureau une délégation composée du président de l’union paysan fribourgeoise, Josef Fasel, et d’un représentant de la brasserie vaudoise. Évoquant les perspectives réjouissantes d’une culture polyvalente, Pascal Corminboeuf s’en promettait un regain de popularité et promit qu’il allait faire cultiver le chanvre nécessaire sur son domaine repris par son frère.


 


Promesse pas tenue


Le représentant lui a alors remis contrat de culture et semences. Ce n’est que quatre mois plus tard, en août, que le conseiller d’État fribourgeois a informé que le chanvre n’avait pas été semé et que la brasserie devait voir pour un autre agriculteur. «Mais à cette période de l’année, c’était trop tard» commente un cadre de la brasserie vaudoise.


 


Pression


Le conseiller d’État fribourgeois s’est dérobé sous pression de l’alors inspecteur de police Grossrieder qui, maître incontesté dans le canton de Fribourg et au tribunal cantonal pour tout ce qui concernait le chanvre (indien ou pas), l’a convaincu que la culture du chanvre industriel pauvre en THC (code fédéral 533, payements directs de frs. 1’600.–/ha) serait illégale (sic).


 


Fribourg, canton-marijuana


A Alterswil et Bösingen sont produites annuellement quelques sept tonnes de marijuana riche en THC. Sous pression policière, Pascal Corminboeuf considère cette culture comme légale (sic). De toute la Suisse, il est le seul directeur cantonal d’agriculture à penser cela. Cet égarement permanent serait dû au C2H5OH, substance toxique dont la consommation, si importante et régulière, donne au fil des ans naissance à une encéphalite, une inflammation de l’encéphale laissant souvent des séquelles mentales.


 


Facture impayée


Le conseiller d’État n’a, malgré un rappel, jamais voulu régler la facture (frs. 80.–) pour la semence reçue il y a douze ans, pas utilisée et pas rendue.


 


ASAC