Communiqué 30.01.2013

Publié par : ASAC.

MAGISTRAT FRIBOURGEOIS
pour s’être courageusement opposé à un conseiller fédéral

 

ÉLU ‘ GRAND AMI DU CHANVRE INDUSTRIEL 2012’

 

Deux policiers fribourgeois, le sergent-chef Patrick Emonet et le caporal Olivier Curty, doivent une fière chandelle au procureur général adjoint du canton de Fribourg, Dr. ius Markus JULMY.

 

Dénoncés en octobre de l’année passée pour avoir bu du sirop de fleurs de chanvre industriel, commercialisé par une entreprise fribourgeoise, SanaSativa SA, le chef de la police de sûreté, com. div. Florian Walser, avait transmis leur cas au ministère public.

 

C’est la carrière de policier qui était en jeu, car la condamnation pénale pour consommation interdite de stupéfiants semblait inéluctable. En effet, les services du conseiller fédéral fribourgeois Alain Berset (PS) ont émis des directives qui obligent à traiter de stupéfiant tout objet fabriqué avec du chanvre industriel indigène (sativa non-indica). Sirop, huile, graines, farine, ficelle, papier, habit, shampoing, savon, tout ce qui a été en contact ou fait avec du chanvre industriel suisse (1 – 3 % THC) est désormais interdit, car considéré comme stupéfiant. Le chanvre industriel étranger (1 – 3 % THC) n’est pas touché par cette mesure. Martin Büechi de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) confirme: «C’est vrai que tous ces objets sont maintenant interdits et que c’est la fin du chanvre légal suisse, mais notre chef M. Berset ne nous a pas dit que c’était faux. Tout est du stupéfiant dès que la plante à du 1 % THC ou plus!»

 

Faux!, dit Markus JULMY, l’Ami du Chanvre 2012: «N’importe quel consommateur un tant soit peu au courant fait un grand détour pour éviter une marchandise à 1 % THC. Il s’agit d’une sorte pauvre en THC». Il a l’appui de la Fribourgeoise Thérèse MEYER-KÄLIN (PDC), ancienne présidente de la commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national qui connaît bien la matière: «Les taux de THC sont en moyenne actuellement de 15 % et ils montent souvent jusqu’à 30 %». Le procureur général adjoint Markus JULMY a donc en toute bonne logique émis une ordonnance de non-entrée en matière en faveur des deux policiers: le chanvre industriel et le sirop fait avec ne sont pas des stupéfiant.

 

ASAC

 

 

Plus d’information: cliquer ‘julmy’

 

 

 

Plaidoyer attendu à Estavayer-le-Lac: Erreur judiciaire

 

Dr. ius Markus JULMY, l’Ami du Chanvre industriel 2012, défendra son point de vue sur le 1 % THC lors d’un procès qui débute le lundi matin 4 février 2013, dure trois jours et traite de la destruction de plus de cent tonnes de chanvre industriel au taux mesuré de 0,5 à 0,9 % THC, entre autre destinées à produire du sirop.